Le regard d’un artiste sur la culture québécoise
INFORMATION SUR LE LIVRE

ISBN 978-2-9815-1711-1…English edition

ISBN 978-2-9815-1710-4…Édition en français

Non-fiction

9.5″ x 8″, 158 pages

126 peintures de l’artiste reproduites en couleurs

Couverture souple, impression selon le processus 4 couleurs

Prix: 20 $

Date de publication: 29 mai 2015

Disponible chez certains distributeurs à Montréal ou à l’adresse suivante: louis@NaiveArtPromotions.com

 

Événement littéraire

Cet été, le Musée international d’art naïf de Magog présente une rétrospective consacrée à cet artiste, du 17 juin au 6 septembre. Le livre constitue le catalogue de cet événement.

Contexte

Marcel Dargis, un artiste naïf québécois, a apporté une contribution très importante au patrimoine culture du Québec. Par le biais de ses peintures, il a préservé une partie de notre héritage et de notre culture. Dargis est un authentique peintre-raconteur. Il est né à Cap-de-la-Madeleine le 26 décembre 1928. Il a vécu les 87 années de sa vie dans cette ville, les premières 28 dans la paroisse de St-Lazare, les six années suivantes dans la paroisse voisine de Sainte-Madeleine et le reste de sa vie dans la paroisse de Sainte-Bernadette.

Son œuvre, qui compte plus de 750 toiles, constitue un souvenir unique et exceptionnel de la vie dans la paroisse de Saint-Lazare telle qu’il l’a perçue durant les 34 premières années de sa vie, particulièrement à la fin des années 30, 40 et 50. Son histoire reflète la vie de nombreuses paroisses francophones à travers le Québec de cette époque, en particulier celles qui étaient situées à l’écart des grands centres urbains et anglophones.

Contenu

Ce livre réunit une perspective historique de son art et de son œuvre. Le contenu se concentre sur cinq thèmes principaux qui sont récurrents dans ses 750 peintures : « La vie familiale », « La vie sociale », « La vie religieuse », « Les contes et légendes » et « Des scènes de chantier en Mauricie ».

Dargis a utilisé son talent d’artiste afin de raconter son histoire et de garder un contact avec le passé. Tout tourne autour de sa connexion avec cet endroit, ce que celui-ci signifie pour lui, de quelle façon il l’a vu et interprété. Son art combine des éléments de temps, de lieu, de communauté et de souvenir. Le temps se situe dans les années 30, 40 et 50; le lieu est la paroisse de Saint-Lazare; la communauté implique les gens qui y habitent, majoritairement des Canadiens français catholiques et le souvenir est le sien, tel qu’il se le remémore. Ses peintures sont comme des photos fixant un moment dans le temps, une fenêtre qui nous donne l’occasion de voir et de comprendre la vie au sein d’une paroisse francophone à cette époque.